Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 février 2013 1 25 /02 /février /2013 19:47

Les-yeux-de-tempete.jpg

 

 

Nom du titre en V.O : Les yeux de tempête

Auteur : Anne Rossi

Date de parution : 2013

Editions : Editions Laska 

 

 

Ma note : notation etoiles 5

 

 

Résumé :

Ioen Le Hir, corsaire de son état et capitaine de la Salicorne, doit prendre à bord le fils de son armateur. Le moins qu'on puisse dire, c'est que l'idée de jouer les gouvernantes ne l'enchante guère ! Mais il n'avait pas imaginé le pire : que son irritation se change en trouble lorsqu'il découvre le jeune homme blond en question...
Contraint d'embarquer dans une expédition censée « faire de lui un homme », Guillaume Guyader ne se trouve cependant pas à plaindre. Au moins, prendre le large lui permettra d'oublier le destin tout tracé qui l'attend sur la terre ferme, ainsi que le secret qui le pousse à fuir. Quoique... rien n'est moins sûr depuis qu'il a croisé la tempête dans les yeux de son nouveau capitaine.


Mon avis :

Tout d'abord, je tiens à remercier les Editions Laska ce partenariat et pour m'avoir permis de découvrir cette nouvelle. Nouvelle qui s'avère être une excellente découverte.

Ioen est capitaine de la Salicorne, un navire corsaire. Lorsqu'il est contraint de prendre à son bord le fils de son armateur, il s'attend au pire. Mais il ne s'attendait pas à ce que le jeune homme, Guillaume, ait un tel effet sur lui...

Jusqu'à présent, je n'avais pas eu l'occasion de lire de nouvelles, et du coup, je ne savais pas trop à quoi m'attendre quant au style et à la forme du récit. Et bien c'est un roman miniature si l'on peut dire ça comme ça.

L'histoire est super originale puisqu'elle prend place dans le monde de la piraterie et en l'occurrence à bord d'un bateau corsaire (attention, ne confondez pas « pirates » et « corsaires » !!). Et bien moi, j'adhère complètement ! Les pirates, y'a que ça de vrai !

De plus, le texte est vraiment bien écrit. L'auteur possède une plume fluide et légère très agréable à lire. A aucun moment je n'ai trouvé que l'histoire trainait un peu en longueur et les événements se suivent sans accro ce qui rend le récit facile à lire.

Le seul défaut que je pourrais reprocher à ce genre d'exercice, c'est que c'est trop court ! A peine à ton le temps de se plonger vraiment dans l'univers en question qu'il est déjà terminé ! L'histoire se lit bien trop vite à mon goût sans pour autant paraître bâclée. Bien au contraire. Les éléments s'enchainent avec fluidité et la fin ne paraît pas précipitée comme c'est parfois le cas dans certains récits.

Les personnages sont plutôt nombreux si l'on compare proportionnellement à la taille de l'histoire. Bien que le récit soit centré sur Ioen et Guillaume, les autres font partie intégrante du décor et on un véritable rôle à jouer. Ils ne sont pas là juste pour dire d'être là.
Ioen et Guillaume n'ont véritablement rien en commun. L'un capitaine de navire corsaire, il ne possède rien, l'autre de haute naissance. L'un brun, l'autre blond.
J'ai beaucoup apprécié le caractère des deux personnages. Guillaume malgré son statut de fils héritier n'hésite pas à s'impliquer à fond dans « sa punition » et ne lésine pas au travail. Il est courageux et loyal.
Ioen quant à lui est droit et impartial et n'hésite pas à sévir quand le besoin se fait ressentir. Les sentiments entre eux ne naissent pas tout de suite, passant d'abord par une attirance purement physique. Et j'apprécie. Cela rend le tout beaucoup plus crédible.

Avec Les Yeux de tempête, Anne Rossi nous offre une très belle histoire Boy's love dans laquelle elle trouve le juste mélange entre sensualité et virilité. Sentiments et combats sans merci sont au rendez-vous. Une excellente surprise que j'ai découvert avec grand plaisir.

 

 52livr10

 

 

Repost 0
Fantasyae Fantasyae - dans Romans yaoi
commenter cet article
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 07:42

Mille et une nuits T.1

 

 

Nom du titre en V.O : Cheon il-yahwa

Nom du titre en V.F : Mille et une nuits

Auteur : Seung-Hee Han

Date de parution : 2007

Editions : Kami

 

 

Ma note : love

 

 

Résumé :

Tout le monde a déjà entendu l'histoire de Shéréazade et de ses contes sublimes. Pendant mille et une nuits, elle distraya le Sultan fou grâce aux histoires d'Aladin, d'Ali Baba, de Sinbad, de génies et de milliers d'autres créatures mystiques.
Mais imaginez un seul instant que Shéréazade soit en fait un jeune homme, prêt à tout pour sauver la vie de sa soeur...
Quelles choses étonnantes sera-t-il prêt à accomplir pour sortir vivant lui aussi de cette fable ?
Cette nouvelle variation d'une des histoires les plus populaires vous gardera à coup sûr éveillé pour encore mille et une nuits !


Mon avis :

C'est avec un plaisir immense que je me suis replongée dans ce premier tome. Cela faisait quelques temps déjà que je voulais la relire sans en prendre le temps. C'est chose faite, tout du moins pour le premier tome. Et mon coup de coeur d'il y a quelques années, est toujours au rendez-vous.

Le sultan Shahryar est un homme cruel qui, chaque nuit, tue une jeune fille par simple désir de vengeance. Pour sauver sa soeur d'une mort certaine, Shéhara prend sa place. Avant de mourir, il demande au calife d'écouter l'histoire qu'il a à lui raconter...

Avec Mille et une nuits, l'auteur nous offre une histoire originale qui revisite les contes du même nom. Cependant, contrairement aux contes originaux, ce n'est pas une princesse qui raconte les histoires, mais Shéhara, un jeune homme issu d'une bonne famille.
Si le scénario peut être un peu brouillon par moment, notamment avec les flash back, c'est parce que l'auteur prend le temps de poser les bases de la trame de l'histoire. En effet, chaque livre de cette série narre un conte différent, il n'y en a pas moins un fil conducteur qui fait que chaque tome n'est pas un tome indépendant, mais bel et bien une suite.
Dans ce premier volume, l'action n'est pas pour ainsi dire très présente, pas plus que le suspens, même si, je l'avoue, mon coeur à loupé un battement lors de la lecture de la dernière page.

En réalité, la raison principale pour laquelle on apprécie ce manga, c'est d'une part pour la beauté des histoires qui nous sont contées, d'autre part, pour les graphismes absolument sublimes. Tous les personnages sont travaillés avec un soin tout particulier. Et il en est de même pour les décors. Les traits sont d'une douceur et d'une finesse incroyable ! Bref, je suis totalement conquise !

Voici donc le premier tome d'une série qui s'annonce prometteuse. Ma grande déception est que, la maison d'édition ait décidé d'arrêter sa publication au cinquième tome. Il est possible de trouver la suite, mais en anglais. C'est une série en onze volumes terminée au Japon. Si l'anglais ne vous rebute pas, je vous conseille grandement de poursuivre cette série car elle en vaut vraiment la peine.
On s'attache tant et si bien aux personnages qu'il est tout juste impossible de ne pas continuer la série !

.

Abécédaire du mangaphile

Repost 0
Fantasyae Fantasyae - dans Mangas Shojo
commenter cet article
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 13:04

Hunger games

 

 

 

Nom du titre en V.O : The Hunger Games

Nom du titre en V.F : Hunger Games

Réalisé par : Gary Ross

Sorti le : 21 mars 2012

 

 

Ma note : notation etoiles 2

 

 

Résumé :

hg.jpg Chaque année, dans les ruines de ce qui était autrefois l'Amérique du Nord, le Capitole, l'impitoyable capitale de la nation de Panem, oblige chacun de ses douze districts à envoyer un garçon et une fille - les "Tributs" - concourir aux Hunger Games. A la fois sanction contre la population pour s'être rebellée et stratégie d'intimidation de la part du gouvernement, les Hunger Games sont un événement télévisé national au cours duquel les tributs doivent s'affronter jusqu'à la mort. L'unique survivant est déclaré vainqueur.
La jeune Katniss, 16 ans, se porte volontaire pour prendre la place de sa jeune sœur dans la compétition. Elle se retrouve face à des adversaires surentraînés qui se sont préparés toute leur vie. Elle a pour seuls atouts son instinct et un mentor, Haymitch Abernathy, qui gagna les Hunger Games il y a des années mais n'est plus désormais qu'une épave alcoolique. Pour espérer pouvoir revenir un jour chez elle, Katniss va devoir, une fois dans l'arène, faire des choix impossibles entre la survie et son humanité, entre la vie et l'amour...


Mon avis :

Après le coup de cœur qu'à été le premier roman de la saga Hunger Games, j'étais curieuse de voir l'adaptation cinématographique qu'ils en avaient fait. Et bien je dois avouer que j'ai été surprise, et pas forcément dans le bon sens du terme.

Tout d'abord, je dois reconnaître que pour une adaptation, je l'ai trouvé tout à fait correct, quant au suivit de l'histoire d'origine. Un autre point qui m'a plus, ça a été de voir l'envers du décor. Dans le livre, l'action étant narrée par Katniss, on ne suit l'histoire que de son point de vue, et donc on ne quitte pas l'arène.
Dans le film, le point de vue étant extérieur, il est plus aisé d'élargir les horizons. Et c'est ce qu'ils ont fait en incluant quelques scènes durant lesquelles on montre au public le fonctionnement des jeux et ce qui se passe en régie.
Bien que cela n'ait pas en soit une grande utilité pour l'histoire, et les scènes n'étant pas indispensables non plus, j'ai trouvé les effets spéciaux vraiment bien fait ! De plus, moi qui n'arrivais pas à me faire une idée concrète de l'arène, cela m'a permis de me faire une image qui ma foi n'est vraiment pas mauvaise.

 katniss-gales.jpgPassons à présent aux côtés négatifs ! Et croyez-moi, il y en a !!

Bien que le film dure déjà un peu plus de deux heures, il aurait mérité une heure supplémentaire ! A mon avis, ça n'aurait pas été un mal !
D'accord, on ne peut pas approfondir un film autant qu'un livre, j'en suis bien conscience, mais là, c'est tout de même assez limite. Toutes les scènes sans exceptions ne sont que survolées. Tout au long du film, j'ai eu un sentiment d'inachevé que j'éprouve encore aujourd'hui.
La scène qui à mon avis est la plus détaillée et la plus approfondie (peut-être même la seule du film !), reste encore celle de la mort de Rue. Pour le reste, tout reste incroyablement superficiel et sans profondeur. Comme si le réalisateur ne faisait qu'effleurer l'histoire, ne piochant qu'un petit bout du livre par-ci, par-là.

Les scènes qui dans le livre durent plusieurs jours, sont résumées en cinq minutes dans le film. N'oublions pas que les tributs ont tout de même passé presque 15 jours dans l'arène ! Quant au passage où Katniss et Peeta se cachent dans la grotte après qu'elle l'ait retrouvé, il se déroule sur plusieurs jours dans le livre. Alors que là, la scène complète doit en tout et pour tout durer une dizaine de minutes. Pour quelqu'un qui voit le film sans avoir lu le livre, je pense que cela doit malgré tout manquer d'éclaircissement.

Et puisque nous y sommes, parlons-en de cette scène. Dans le livre, il est indiqué que Peeta, à défaut d'être en train de mourir, est néanmoins très mal en point. Et bien vous je sais pas, mais moi, pour un mourant je l'ai tout de même trouvé bien vivace ! Pour quelqu'un blessé et brûlant de fièvre, il parle avec lucidité et conviction ! Vous avez déjà vu un malade parler comme lui ? Ben pas moi ! katniss.jpg


Ce qui nous amène aux acteurs. Pour une fois, j'ai trouvé l'actrice pas trop mal choisie et qui correspond assez au portrait que je m'en étais faite. Par contre, Peeta, je ne l'imaginais pas comme ça et euh... Peut-être un poil plus grand !

Quant à leur jeu, et bien, disons que cela aurait pu être pire, je suppose. Dans le livre, Katniss éprouve énormément d'émotions, contradictoire ou non et réfléchi énormément. Dans le livre, tout ce qu'elle entreprend paraît être réalisé avec naturel, même quand elle est livrée à elle-même dans l'arène. Je trouve, qu'ils n'ont pas assez rendu cet effet de réflexion qui aurait certainement pu se traduire par le regard.



Il me reste maintenant à aborder un dernier point, qui selon moi est le pire, le filmage en lui-même ! Sérieusement, vous avez déjà vu un film aussi mal tourné ?
Je peux me regarder les trois versions longues du Seigneur des Anneaux dans la journée sans le moindre problème, mais là, au bout d'une demi-heure passée devant le film, je me retrouvais déjà avec un mal de tête monumental ! Une horreur !

Jamais encore je n'avais vu des images trembler autant ! Caméraman Parkinsonien ou problème technique j'en sais rien, mais c'est violent !
Pendant un peu plus de deux heures, le public est soumis à une image tremblante et extrêmement mal filmée. Il y a beaucoup trop de gros plans. D'abord c'est inutile et en plus cela rend les actions incompréhensibles. Notamment lors des combats. Tout ce que l'on voit, c'est un enchevêtrement de bras et de mouvements flous. Du coup, on n'arrive même pas à se faire une idée de l'action.

Bref, pour conclure, je dirais que j'ai été inspirée de regarder en premier lieu le film en streaming (même si j'ai du attendre deux fois une heure en plein milieu du film) plutôt que je me procurer le dvd, car même d'occasion, il reste cher. Et pour un film de cette qualité, cela m'aurait énervé. Vraiment énervé !

 

 

Repost 0
4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 18:48

Les-revelations-de-Riyria-T.1-La-conspiration-de-la-couro.jpg

 

 

 Nom du titre en V.O : The crown conspiracy

Nom du titre en V.F : La conspiration de la couronne

Auteur : Mickael J. Sullivan

Date de parution : 2012

Editions : Milady 

 

 

Ma note : love

 

 

Résumé :

Royce et Hadrian, voleur et mercenaire, n'ont jamais reculé devant une mission. Le danger, c'est leur fonds de commerce. Alors, quand on leur propose la fortune servie sur un plateau d'argent, ils pensent n'en faire qu'une bouchée.
Ils n'avaient pas prévu qu'on leur tendrait un ignoble piège. Les voilà accusés du pire des crimes : L'assassinat du roi ! Pour sauver leur peau, ils n'auront pas le choix. Il leur faudra dénouer les fils d'un mystère qui, depuis des générations, renverse les monarques et bouleverse les empires.


Mon avis :

C'est vivement encouragée par ma sœur et ma petite libraire préférée que je me suis lancée dans ce roman. Et effectivement, la surprise était de taille !

Royce et Hadrian, voleurs et mercenaires, survivent en effectuant des petits larcins de tout genre. Qu'importe qui est le commanditaire tant que le travail est bien payé. C'est justement en acceptant un de ses travails que les deux hommes vont finalement se retrouver accusés de l'assassinat du roi.
Pour sauver leur peau, ils n'auront d'autre choix que de mettre au clair toute cette affaire et déjouer les plans machiavéliques dans lesquels ils ont été impliqués contre leur volonté.

Avec un style d'écriture très agréable l'auteur nous invite dans un monde moyenâgeux et fantastique. On suit les mésaventures pittoresques de quatre compagnons de voyages réunis par le plus improbable des hasards. Entre un moinillon naïf et attendrissant, un couple de voleurs cyniques aux répliques sarcastiques et un roitelet en devenir, l'auteur ne manque pas d'imagination. Un quatuor qui ne manque pas de comique, voilà l'élément phare de ce premier tome. Sans oublier une intrigue solide et captivante.

De tous les personnages, ceux que je préfère sont sans aucun doute le duo de voleurs, Royce et Hadrian, ainsi que le roi, Alric.
J'apprécie la façon dont il mûrit tout au long de l'histoire. D'un gamin insolent et colérique, il devient au fil des pages un jeune homme attachant qui découvre les vraies valeurs.
Royce et Hadrian quant à eux, sont les deux énigmes du livre. On ne sait strictement rien d'eux, hormis leur nom et les bribes d'informations que l'auteur à bien voulu laisser transparaître. Un mercenaire et un voleur qui font équipe sans que l'on ne sache ni comment ils se sont rencontrés, ni pourquoi ils en sont arrivés là. Leur passé nous est totalement inconnu, mais à mon avis, c'est aussi ce qui fait le charme de ces deux antihéros.

Le succès de ce roman repose non seulement sur la qualité de l'intrigue, mais également sur le fait que, durant les presque 400 pages du roman, l'auteur à su enchaîner les actions au millimètre près ! Il n'y a pas le moindre temps mort et le suspens est habilement maintenu lors des cents dernières pages durant lesquelles on tremble pour nos gentils voleurs.

Bref, une excellente surprise que ce premier tome qui s'avère être un coup de cœur. Des personnages attachants, de l'humour et une intrigue en béton, trois ingrédients qui, avec un peu de talent, donnent une histoire géniale !
.
52livr10
Repost 0
Fantasyae Fantasyae - dans Fantasy
commenter cet article
12 janvier 2013 6 12 /01 /janvier /2013 06:23

Wolf guy T.1 

 

 Nom du titre en V.O : ウルフガイ

Nom du titre en V.F : Wolf guy

Auteur : Yoshiaki Tabata

Date de parution : 2010

Editions : Tonkam

 

 

 Ma note : love

 

 

 

Résumé

Mademoiselle Aoshika est une jeune professeur dans un lycée à problèmes. Alors qu'elle rentre chez elle après une nuit bien arrosée, elle croise Akira, un lycéen poursuivit par des voyous. Pourtant, malgré la situation alarmante, il semble étrangement calme... et pour cause, Akira est en fait un loup-garou !


Mon avis

J'ai découvert ce manga lors de sa sortie en France. C'est les graphismes plus que l'histoire qui m'avaient intrigués. Et après lecture du premier tome, je dois dire que j'ai été conquise, à la fois par les dessins, mais aussi par l'histoire.

Akira Inugami est un adolescent nouvellement arrivé dans un lycée dont le taux de délinquant est plutôt élevé . Dès le premier jour, il est prit en grippe par les voyous de sa classe. Mais Inugami n'est pas un garçon ordinaire. La veille au soir, après une rencontre fortuite avec une jeune femme qui, il l'apprendra plus tard, s'avère être son professeur principal, il se fait agresser par une bande de voyous. Quelle n'est pas la surprise de mademoiselle Aoshika, lorsqu'elle le voit arriver au lycée le lendemain, alors qu'en toute logique, il aurait du être mort...

Akira Inugami est, à premier abord, un garçon inquiétant. Tout dans son allure le désigne comme un garçon à problèmes. Solitaire et misanthrope, il n'aime pas les humains et ils le lui rendent bien. Il émane de lui, quelque chose de sauvage et d'arrogant, et le petit sourire supérieur qu'il aborde constament à le don de déstabiliser. Même dans les pires situations, il ne se défait pas de son petit rictus moqueur, ni de son calme.
C'est un personnage qui met mal à l'aise, mais en même temps, on ne peut qu'être fasciné. Il n'a peur de rien et ne craint pas de le montrer, ce qui lui vaut des ennuis à répétition.
Sombre et mystérieux, c'est un personnage dont on ne sait strictement rien, si ce n'est qu'il dissimule une nature sauvage, puisqu'en réalité, il est un loup-garou.

L'histoire est vraiment très bien menée et l'action est présente de la première à la dernière page. Il n'y a pas un seul moment de blanc et l'on n'a pas le temps de s'ennuyer. De plus, comme je le disais plus haut, les graphismes sont vraiment très bien réalisés. Un petit repproche cependant, ce serait la complexité de certains détails. Parfois, l'auteur insiste tellement sur son dessins, que les traits en deviennent presque brouillon et au final, il devient difficile de cerner ce qu'a voulu illustrer l'auteur.
Les cases sont très noires, très sombre et très agressif, presque inquiétantes, à l'image de l'ambiance du manga et de l'aura que dégage le personnage d'Inugami. Ce qui est intéressant, c'est de voir la façon dont l'auteur à dessiné ses personnages. Comme s'il avait ajusté ses coups de crayons à la personnalité de ses protagonistes. Par exemple, Inugami, personnage fier et arrogant à les traits droits, bien définis et le regard dur. Haguro, le chef de bande cruel et glacial sera plutôt dessiné avec des traits agressifs, brouillons. Et ainsi de suite pour les autres personnages.

Avec ce manga, l'image du loup-garou est abordé d'une façon très différente. On est loin des loups-garous apprivoisés et énamourés que l'on peut voir un peu partout en ce moment. Et c'est ce que j'ai apprécié. On est véritablement dans un manga seinen, donc destiné majoritairement à un public masculin adulte où tout du moins, adolescent.

Avec Wolf guy l'auteur plonge ses lecteurs dans un univers sombre, celui de la nuit et des guerres de clans, en un récit halletant. Un manga violent et bourré d'action à ne pas mettre entre toutes les mains. C'est un manga pour public avertis. Certaines scènes sont vraiment très violentes et peuvent choquer la sensibilité des plus jeunes. Vous voilà prévenus.
Un premier tome qui annonce une suite des plus prometteuses ! Pour les autres, fans de surnaturel, de baston et de loup-garou, ce manga est fait pour vous !
.

 52livr10 Abécédaire du mangaphile

Repost 0
Fantasyae Fantasyae - dans Mangas Seinen
commenter cet article
27 décembre 2012 4 27 /12 /décembre /2012 07:52

Kiss ariki T.1

  Nom du titre en V.O : Kisu Ariki

Nom du titre en V.F : Kiss ariki

Auteur : Youka Nitta

Date de parution : 2012

Editions : Taifu comics

 

 

Ma note : notation etoiles 5

 

 

 

Résumé

« Rends-toi sur une île avec le fils de Kiria. »

C'est l'ordre que reçoit Tohru de son père, le 5e boss du Clan Suki, qui craint qu'une guerre n'éclate entre différents clans de yakuza et qui envoie son fils sur une île déserte pour le protéger. Mais dans le monde trouble et sans pitié des yakuzas, les apparences sont souvent trompeuses...


Mon avis

Fils du clan Suki, Tôru est envoyé sur une île privée avec le fils d'un des bras droit du boss, Mutsumi, pour les protéger tous deux d'une guerre entre les clans. Sur place, la mission de Tôru sera de convaincre Mutsumi d'accepter sa place dans le clan en tant que bras droit du futur boss. Mais et si tout cela n'était qu'un coup monté ? Comment réagiraient les deux hommes ?

Avec Kiss ariki, Youka Nitta nous offre une histoire originale au scénario recherché et travaillé. Certes, les histoires de yakusa ne sont assez récurrentes dans le monde du boy's love, notamment avec des histoires comme Viewfinder ou encore Kiuzuna, mais là, je dois dire que j'ai été une fois de plus très agréablement surprise.

Le scénario est très approfondi et j'avoue que j'ai parfois eu un peu de mal à comprendre le raisonnement suivit. Mais après une seconde lecture, déjà ça va mieux. Les personnages et leurs liens étant déjà définis et intégrés, on est davantage concentrés sur l'histoire et ses retournements de situation.

Du côté des personnages, j'avoue que je les apprécie tous plus ou moins. Les deux pères, le chef du clan Suki et son bras droit, qui sont eux aussi unis par des liens puissants, et qui s'amusent à manipuler leurs fils et les voir tomber bêtement dans les pièges tendus.
Les fils, Tôru et Mutsumi qui au fil des jours voient leur relation, au départ purement physique s'approfondir sans pour autant se l'avouer chacun de leur côté.

Tôru est un jeune homme de frêle constitution. Le corps fin, les traits délicatement féminins, il attire la convoitise malgré la crainte du clan de ne pas le voir à la hauteur de sa tache, lui qui est appelé à succéder à son père.
Déterminé, le jeune homme tente par tous les moyens de leur prouver que son physique ne l'empêche pas d'être celui que l'on attend de lui.
De l'autre côté, Mutsumi, fils du bras droit du boss actuel, il ne souhaite pas faire parti du clan et étudie dans une prestigieuse université. Mais sa rencontre avec Tôru va lui faire changer d'avis.
Grand, viril, il pratique les arts martiaux. Peu à peu, il tombe sous le charme de Tôru et, le jeune homme pensant que ce sont ses sentiments pour lui qui l'incitent à prendre sa place à ses côtés dans le clan, il fera tout pour le repousser.

Une fois n'est pas coutume, les dessins sont justes magnifiques. J'ai presque envie de dire Youka Nitta oblige ! Les traits sont fins, délicats et le coup de crayon vraiment assuré. Rien n'est laissé au hasard et les détails sont suffisamment présents pour offrir un dessin complexe sans que cela ne surcharge la page pour autant.
Comme dans tous les mangas de Youka Nitta, les scènes de sexe sont présentes et relativement bien détaillées sans pour autant tomber dans le vulgaire et les flous sont là pour masquer le reste.

Un premier tome qui m'a enchantée et dont il me tarde de lire la suite. Les fans de Youka Nitta ne seront pas déçus, car une fois de plus, elle allie une histoire intrigante à un graphisme étonnant de réalisme.

Abécédaire du mangaphile
Repost 0
Fantasyae Fantasyae - dans Mangas yaoi
commenter cet article
16 décembre 2012 7 16 /12 /décembre /2012 08:38
Brother-x-brother-T.1.jpg
Nom du titre en V.O :  兄弟限定!
Nom du titre en V.F : Brother x brother 
Auteur : Hirotaka Kisaragi 
Date de parution : 2012
Editions : Taifu comics
 
 
Ma note : notation etoiles 4
 
 
 
Résumé

        Après huit ans de séparation, Sôichirô apprend que son père vient de mourir et qu'il doit vivre dans l'ancienne maison familiale avec deux frères aînés dont il ne connaissait pas l'existence.
Un jour il les surprend dans une situation compromettante.
Le rude Masato demande à Sôichirô d'être sa chose puis c'est au tour du séduisant Kaname de lui sauter dessus.
Les sentiments qui sont sur le point de naître seront-ils purement fraternels ou d'une tout autre nature ?
Une comédie romantique dans laquelle les aînés se joueront du corps et du coeur de leur petit frère Sôichirô;.
 
 
Mon avis
   
A  la mort de son père et à la demande de celui-ci, Sôichirô part vivre dans la maison où il a vécu avant la séparation de ses parents. Quelle n'est pas sa surprise lorsqu'il apprend qu'il a également deux frères aînés avec qui il doit partager la maison pendant un mois entier alors qu'il ne les connait pas.
Un jour, Sôichirô surprend Masato et Kaname, ses deux frères dans une situation compromettante. Quels secrets cachent les deux hommes ? Qui sont-ils réellement ?

Dans ce premier tome, on fait la connaissance des trois frères qui sont les trois personnages principaux : Sôichirô, Kaname et Masato.
On ne sait pas grand-chose sur eux, les découvrant en même temps que Sôichirô. Masato, l'aîné. Sûr de lui, il dégage une aura imposante. Kaname, le cadet. Timide et réservé, il aime se réfugier dans la cuisine. Très vite, on comprend que le jeune homme n'a pas eu une enfance facile avant d'être recueilli par Kaoru, le père de famille.
Et ensuite, il y a Sôichirô, fraichement débarqué d'Hokkaido pour Tokyo, dans le but de réaliser son rêve et devenir acteur. Entre son travail et sa relation plutôt houleuse avec ses frères, Sôichirô n'est pas au bout de ses peines...

Avec Brother x Brother, l'auteur nous offre une histoire complexe et approfondie. Le scénario est original et l'intrigue recherchée. Si l'on redoutait une énième histoire banale à pleurer, il n'en est rien. Les liens qui unissent les membres de la famille Shirakawa sont tous plus étranges les uns que les autres. Très vite, Sôichirô en vient à se poser des questions sur la raison qui pousse Masato et Kaname à coucher ensemble. Et même nous, lecteur, en venons à nous interroger sur la nature des liens qui les unis. L'amour ? Le chantage ? Autre chose encore ?
Tant de question que le lecteur se pose au fil des pages.

Le graphisme. Fins, net et précis, les dessins sont justes magnifique. Les personnages sont tous plus beaux les uns que les autres, bien que mon faible aille à Kaname. De plus les expressions faciales sont, à mon avis, très bien rendues.

Malgré une histoire peut-être un peu trop alambiquée lors d'une première lecture, Brother x brother s'avère être une très bonne découverte.
.   
52livr10
Repost 0
Fantasyae Fantasyae - dans Mangas yaoi
commenter cet article
9 décembre 2012 7 09 /12 /décembre /2012 15:10

Ze T.1

Nom du titre en V.O : Ze

Nom du titre en V.F : Ze

Auteur : Yuki Shimizu

Date de parution : 2010

Editions : Taifu comics

 

 

Ma note : notation etoiles 5

 

 

 

Résumé

Raizô est recueilli après la mort de son grand-père qui était sa seule famille, dans une maison dont il ne connaît rien. Il se retrouve le témoin d’évènements tous plus étranges les uns que les autres. Mais quels secrets cache cette famille? Raizô ne va pas tarder à le découvrir... Et si certains d’entre eux n’étaient pas humains....
Le jeune homme sera plongé dans un univers surnaturel empreint de légendes traditionnelles.


Mon avis

Ze fait partie des quelques séries manga yaoi que je ne connaissais que de nom. J'en avais beaucoup entendu parler, sans jamais oser l'acheter. Finalement, c'est sur les conseils d'une amie libraire que j'ai sauté le pas. Et je dois dire que ce fut une très bonne idée. Après la déception de Punch up, ça fait plaisir de lire un aussi bon manga.

Après la mort de sa grand-mère, Raizô trouve un petit travail de cuisinier dans une maison totalement inconnue. Malgré tout le mal qu'il se donne, Raizô a du mal à s'intégrer. Un jour, il sera témoins plus étranges les uns que les autres et découvrira qu'en réalité, certains des habitants de la maison, ne sont pas humains... Mais quels liens unissent les membres de la famille Mito et ces créatures surnaturelles ?

Alors, que dire ? L'histoire est originale et le lecteur se retrouve plongé dans un univers côtoyant les légendes traditionnelles du japon. Lorsque Raizô débarque chez la famille Mito, il ne s'attendait pas le moins du monde à ce que certains d'entre eux soient des "kamis", des sortes d'êtres de papier conçus pour protéger et absorber la douleur de leur maître kotodama.
Tout ce qu'il voyait, c'était un groupe d'hommes aux moeurs plus ou moins dissolus. Et pourtant, les relations ambigües sont en réalité bien plus qu'une simple partie de jambe en l'air. Car Raizô l'apprendra bien assez tôt, les kamis disposent de différents moyens pour absorber la douleur de la personne qu'ils ont pour mission de protéger.

Rapidement, Kaizô se prend d'affection pour Kon, un jeune homme réservé et distant au premier abord. Mais lorsqu'il découvrira la vérité sur le jeune homme, il fera tout pour le protéger. Il naît alors entre une relation un peu particulière, entre gène et attachement.
En parallèle, on suit également les histoires entre les autres personnages, comme Ôka et Benio, Konoe et Kotoha ou encore Shôi et Asari. Pour ma part, j'ai trouvé la relation entre Shôi et Asari vraiment très touchante. L'auteur parvint à transmettre les émotions des deux personnages d'une telle façon que ça en est presque bouleversant.
Les relations entre chaque personnages sont complexes de part la nature même du lien qui unit un kami à son maître où le fait qu'ils vivent tous sous le même toit.

Les personnages sont attachants et nombreux. Peu être un peu trop dès le départ, ce qui fait que, pour ma part, j'ai eu un peu de mal à m'y retrouver entre tous. Surtout qu'ils se ressemblent tous, du coup, ce n'était pas une tâche très aisée que de se rappeler qui est qui et qui est le kami de quel maître. Bref, un petit défi à relever. Mais une fois plongée dans l'histoire, après quelques hésitations, on fini par s'y faire.

Ze est une série terminée en 11 volumes au Japon. Du coup, cela me laisse encore quelques tomes pour découvrir et apprécier cet univers passionnant.

.

52livr10 Abécédaire du mangaphile

Repost 0
Fantasyae Fantasyae - dans Mangas yaoi
commenter cet article
8 décembre 2012 6 08 /12 /décembre /2012 13:30

Crimson-spell-T.2.jpg

Nom du titre en V.O : クリムゾン・スペル  

Nom du titre en V.F : Crimson spell

Auteur : Ayano Yamane

Date de parution : 2012

Editions : Asuka 

 

 

Ma note :love

 

 

Résumé

Sur les conseils avisés de son maître, Hal invoque le démon avec qui le pacte a été scellé à l'époque. C'est ainsi qu'il découvre que le sorcier a eu recours au Crimson Spell pour lier l'épée au démon. Hal et Vald décident de se lancer à la poursuite de ce fameux sorcier afin de lever la malédiction, sans se douter qu'ils sont épiés par un ennemi puissant, prêt à tout pour mettre un terme à leur périple.

Mon avis

Quelle joie de se plonger enfin dans la lecture de ce second tome qui à l'instar du premier est lui aussi, un réel coup de cœur ! Je suis définitivement fan de Ayamane Ayano et particulièrement de cette saga !

Halwill à percé le secret de la malédiction de Vald. Alors qu'ils s'apprêtent à poursuivre leur route, ils découvrent un village en proie aux démons. Sans se douter du piège qui se referme lentement mais sûrement sur eux, ils s'empressent au secours des villageois...

L'histoire avance de plus en plus et s'approfondie au fur et à mesure des pages. L'auteur nous offre là un scénario recherché et approfondis et du coup, on se retrouve non seulement dans un manga boy's love, mais aussi et surtout dans une véritable aventure d'héroic-fantasy.

Pour le plus grand plaisir des lecteurs, les personnages se retrouvent peut à peut confrontés à leurs sentiments. Et Vald réalise alors qu'Hal est plus important pour qui qu'il n'osait se l'avouer. Lentement, il va prendre conscience de ses sentiments pour le beau magicien et c'est tout sourire que nous le voyons faire preuve d'une jalousie maladive ! héhé !!

De nouveaux personnages font leur apparition, dont un chevalier errant assez pitoyable je dois dire ! Mais qui nous fait tout de même bien rire. J'apprécie toujours autant Rulca, le petit lapin magique et ses réflexions me font toujours autant rire.

Côté graphisme, que dire que je n'ai pas déjà dit et répété ? Impossible de ne pas remarquer le coup de crayon de maître de l'auteur. Les dessins sont d'une finesse et d'une précision déconcertante et les personnages sont tous d'une beauté saisissante.

Les décors, les vêtements... Tout est minutieusement achevé et détaillé avec soin pour le plaisir des yeux.

Vous l'aurez compris, Crimson spell est à lire autant pour l'originalité et l'addictivité du scénario que pour la beauté des graphismes. Une série fabuleuse comme j'aimerais en lire davantage !
.
52livr10
Repost 0
Fantasyae Fantasyae - dans Mangas yaoi
commenter cet article
6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 07:28

Not equal T.1

Nom du titre en V.O : Not equal

Nom du titre en V.F : Not Equal

Auteur : Reibun Ike

Date de parution : 212

Editions : Taifu comics

 

 

Ma note : notation etoiles 5

 

 

Résumé

Les parents de Ryou ont divorcé alors qu'il n'était qu'un petit garçon. La dernière image qu'il a de son père est celle d'un grand frère. Il vit seul avec sa mère depuis lors mais finit par aller voir son père, qui lui paraît toujours aussi jeune. Ryou se remémore alors le passé. Mais que se passe-t-il quand le temps fait des siennes et qu'il se retrouve projeté dans le passé ?


Mon avis
 
Cela faisait un moment que ce manga m'intriguait. Ne connaissant pas l'auteur, Not equal étant sa première publication française, j'étais curieuse de voir ce que cela allait donner. Autant dire que je suis loin d'être déçue...

Ryô, 17 ans, ne connait pas son père, Konomi, ou très peu, celui-ci ayant quitté sa mère lorsqu'il était encore enfant. Un jour, il décide d'aller le voir. Et là, la surprise est de taille...
Mais tout ne se passe pas comme prévu et sans qu'il ne sache ni pourquoi ni comment, Ryô se retrouve projeté 22 ans dans le passé. Là, il fait la connaissance d'un jeune garçon de 14 ans, timide et réservé qui s'avère être son père...
Quelle relation les deux jeunes garçons vont-ils développer ? Et surtout, Ryô parviendra-t-il à retourner à son époque ?

Ce que j'ai particulièrement apprécié dans ce manga, c'est l'originalité de son scénario. Axée sur Ryô, l'histoire nous présente un jeune garçon qui ne connait pas son père. On suit alors ses impressions et ses ressenti face à cet homme qu'il rencontre pour la première fois.

On est témoin des interrogations de Ryô face au comportement étrange de son père, timide et distant et son air d'indifférence. Son saut dans le passé lui fera découvrir qui est réellement son père.
Not equal est un livre qui donne à réfléchir de part ses nombreux thèmes abordés. De plus, la relation incestueuse qui unit Konomi et Ryô risque de choquer. Cependant, et là est toute la question, peut-on réellement parler d'inceste étant donné que, dans le passé, Ryô n'existe pas et que chacun des deux hommes ignore les liens de parentés qui les uniront dans le futur ?

C'est ce genre de question qui fait que, d'un avis personnel, je serais d'avis à ce que ce manga ne passe pas entre toutes les mains. En effet, les thèmes abordés, notamment l'inceste, risquerait de choquer les personnes n'ayant pas le recul et la maturité nécessaire pour lire cet ouvrage.
Pour ma part, cela ne m'a pas dérangé plus que cela et j'ai trouvé ce manga extrêmement bien fait, autant pour son scénario que pour les personnages. L'auteur prend le temps d'approfondir suffisamment ses personnages pour que l'on s'attache à eux.

Le graphisme cependant laisse un peu à désirer, celui-ci n'étant pas aussi abouti qu'il le pourrait. Néanmoins, les expressions des personnages restent très bien rendues en dépit du coup de crayon parfois un peu maladroit de l'auteur.

En bref, ce manga s'avère être une excellente découverte et il me tarde de lire le second tome pour avoir enfin le dénouement de l'histoire et voir ce qu'il va advenir de Ryô et Konomi.
.
52livr10 Abécédaire du mangaphile
Repost 0
Fantasyae Fantasyae - dans Mangas yaoi
commenter cet article