Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 07:54

In the walnut T.1

  Nom du titre en V.O : Kurumi no naka

Nom du titre en V.F : In the walnut

Auteur : Toko Kawai

Date de parution : 2012

Edtions : Taifu Comics

 

 

Ma note : love

 

 

 

Résumé

Que peuvent avoir en commun Hideo Tanizaki, un galleriste, et Sonei Nakai, un réalisateur naïf ? Tout d'abord, ils ont le même âge, 24 ans. Ensuite, ils sont diplômés de la même école d'art. Leur seule différence est le « léger » penchant de Tanizaki pour la contrefaçon d'œuvres d'art, différence que Nakai compte bien corriger rapidement.


Mon avis

Tanizaki est propriétaire de la gallerie d'art "In the Walnut". A travers plusieurs petites scènes, on suit l'histoire de Tanizaki et Nakai, un jeune homme du même âge, étudiant en cinéma.
Le manga présente trois petites histoires indépendantes les unes des autres mais ayant les mêmes personnages. Dans la première, il est question d'un tableau volé dans un musée, la seconde met en scène des oeuvres de Paul Klee, et dans la dernière, il est question d'une mise en scène où un homme tente de se jouer de Tanizaki pour se venger.

Des trois histoires, celles qui m'ont le plus touchées, sont les deux premières. L'auteur décrit les sentiments d'une façon vraiment poignante, si bien qu'il est difficile de ne pas se sentir touché par l'intensité du texte. L'amour que ressent Kusama pour Shiina, est juste magnifique et tellement fort qu'il en est presque palpable. Et les morceaux de lettre que l'on peut lire au milieu des graphismes sont eux aussi criant d'un amour débordant. La profondeur des sentiments décrits est vraiment bouleversante.
Dans la seconde, on fait la connaissance de Ryôta, un petit garçon qui tente désespérément de trouver un tableau des anges de Paul Klee. On apprend plus tard que c'est pour sa soeur jumelle qui est en train de perdre l'usage de ses yeux.
Une fois encore, la puissance des sentiments est étonnante. On ressent parfaitement la détresse et la culpabilité de Ryôta vis-à-vis de la maladie de sa sœur. Ca en est bouleversant.

Les personnages sont eux aussi très bien travaillés. Complexe et recherchés ils ont un tempérament qui leur est propre. Tout oppose Tanizaki et Nakai. L'un est expressif et débordant de vitalité, l'autre négligé et taciturne. Mais derrière ses airs négligés, Tanizaki dissimule un cœur en or.
La relation entre Tanizaki et Nakai est elle aussi très belle. On voit que les sentiments qui les unissent sont très profonds, même si à première vue, ils n'ont pas l'air très proche. La fausse distance qui les sépare dissimule un couple uni et soudé.

De plus, l'auteur aime l'art et cela se ressent. Perso, je n'y connais absolument rien en art et pour moi, tout ce qui s'y rapporte relève du chinois. Cependant, la passion et l'enthousiasme que l'auteur met dans ce manga sont vraiment convainquant. Si bien que l'on en oublie notre manque de culture et qu'on se laisse entraîner dans l'histoire avec aisance.

Avec In the walnut, Toko Kawai nous présente une oeuvre de toute beauté. Un premier tome des plus réussit ! Certainement le plus beau manga que j'ai pu lire de cette auteur. C'est avec impatience que j'attends la suite.
.
52livr10 Abécédaire du mangaphile
Repost 0
Fantasyae Fantasyae - dans Mangas yaoi
commenter cet article
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 19:40

Tiger & Bunny T.1

  Nom du titre en V.O : Tiger & Bunny

Nom du titre en V.F : Tiger & Bunny

Auteur : Mizuki Sakakibara

Date de parution : 2012

Editions : Kaze

 

 

Ma note : love

 

 

Résumé

A Stern Bild City les super-héros sont à l'honneur, entre télé-réalité à grand spectacle et vie de famille, il va falloir choisir... Sponsorisés par de grandes marques, leurs exploits sont diffusés à la télévision et chaque année l'un d'entre eux se voit sacré « Roi des héros ». Wild Tiger, père d'une petite fille à ces heures perdues est un vétéran solitaire, ringardisé par tous ces nouveaux héros, jeunes et charismatiques. Pour redorer son image et satisfaire ses sponsors, il doit faire équipe avec un nouveau, Barnaby Brooks Jr. Ce-dernier a une vision du métier à l'opposé de son ainé, ce qui va créer de nombreuses tensions entre les deux co-équipiers, jusqu'à servir aux desseins d'un mystérieux et dangereux ennemi...


Mon avis

Quelle n'a pas été ma surprise lorsque j'ai appris que cette série allait être publiée à la fois en manga et en DVD !! J'ai découvert Tiger & Bunny tout à fait par hasard et j'en suis vite devenue accro ! Autant dire que je n'ai pas hésité un seul instant avant de me le procurer !

Tiger, en réalité Wild Tiger, où Kotetsu dans l'intimité est un Next, un des héros aux super pouvoirs qui protègent la ville de Stern Bild City. Vétéran en déclin, il se retrouve du jour au lendemain mis sur la touche, son sponsor étant obligé de fermer sa boite.
Son nouveau patron l'oblige alors à faire équipe avec Barnaby, dit « Bunny » la nouvelle coqueluche parmi les héros...

Je suis vraiment enthousiaste quant à ce premier volume papier de cette série. Le manga suit de manière générale plutôt bien le scénario de l'anime. L'histoire est originale et bien trouvée et les personnages nombreux et tous plus différents les uns que les autres. L'humour est également présent.
J'aime beaucoup la relation entre Barnaby et Kotetsu ! Ce dernier n'arrête pas de provoquer son coéquipier, ce qui est plutôt amusant ! Les répliques sont sympas et certaines actions plutôt cocasses.
Bien que l'histoire soit principalement centrée sur les missions de nos héros et notamment sur Tiger & Bunny on n'en découvre pas moins un indice qui laisse à supposer un scénario bien plus profond et rechercher qu'il n'y paraît, ce premier tome étant avant tout destiné à poser le décor et implanter les personnages.

Barnaby et Kotetsu sont deux personnages diamétralement opposés ! Ce qui rend leur relation de coéquipier plutôt tendue. Tiger est du genre à agir avant de réfléchir alors que Barnaby à plutôt tendance à agir de manière opposée.
L'un réagit à l'instinct, l'autre préfère la théorie. Du coup, cela ne peut pas marcher entre eux. Aussi, ils doivent apprendre à travailler en équipe s'ils veulent réussir.
C'est tout là l'intérêt de ce manga, de voir l'évolution qui va subvenir au fur et à mesure.

En clair, Tiger & Bunny est une série qui s'annonce vraiment prometteuse. Des dessins agréables et un scénario très sympathique, mettant en scène des super-héros, voila qui devrait en ravir plus d'un !
.
52livr10 Abécédaire du mangaphile
Repost 0
Fantasyae Fantasyae - dans Mangas Shonen
commenter cet article
8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 06:42

Chasseuse-de-la-nuit-T.6-D-outre-tombe.jpg

  Nom du titre en V.O : One Grave at a Time
Nom du titre en V.F : D'outre-tombe

Auteur : Jeaniene Frost

Date de parution : 2012

Editions : Milady

 

 

Ma note : notation etoiles 5

 

 

 

Résumé

Heinrich Kramer était chasseur de sorcières à l'époque de l'Inquisition. Chaque année, la veille d'Halloween, il reprend forme humaine pour torturer des femmes innocentes avant de les brûler vives. Mais cette année, Cat est prête à tout pour le renvoyer dans l'au-delà. Sauf que le don de la reine vaudou de La Nouvelle-Orléans va se tarir au moment le plus inopportun, laissant Cat face à une énigme : comment tuer ce qui est déjà mort ?


Mon avis

C'est avec une grande impatience que j'attendais la sortie de ce sixième tome. Le cinquième ayant été pour moi, et contrairement à beaucoup, une bonne surprise, il me tardait de découvrir ce que nous réservait ce nouvel opus.

Cat et Bones vivent enfin leur amour en toute tranquillité. Tout du moins, autant qu'ils le peuvent. Mais très vite, cette tranquillité relative se retrouve bouleversée lorsqu'ils font la connaissance d'Elizabeth, le fantôme d'une femme ayant vécu durant la période de l'Inquisition. Et lorsque celle-ci apprend aux époux que, durant la nuit d'Halloween, le fantôme de Kramer, l'auteur du tristement célèbre Malleus Maleficarum retrouvera sa forme humaine, Cat ne peut s'empêcher d'intervenir...

Ce qui m'a le plus attiré dans ce livre, autre que parce qu'il contient les nouvelles aventures de Cat et Bones, c'est de savoir que le thème de celui-ci est en rapport avec l'Inquisition. C'est une période historique qui m'a toujours intéressée, malgré son côté morbide.
Là façon dont, des jeunes femmes étaient arrachées à leur famille, torturées puis ensuite envoyées au bûcher sur simple dénonciation ou parce qu'elle était un peu trop proche de la nature est tout simplement épouvantable.

De plus, ce livre fait également référence à un bouquin qui traine dans ma PAL, le Malleus Maleficarum, ou Marteau des sorcières. Comme il est expliqué dans le roman, ce livre est un traité principalement écrit par Heinrich Kramer, dans lequel il explique toute la procédure de la chasse à la sorcière.
Autant dire, une hérésie et un ramassis de conneries religieuses !

Pour en revenir à l'histoire. Le scénario est bien mené, Cat devant gérer deux problèmes en parallèle. L'action est présente tout au long du livre et c'est avec un immense plaisir que l'on voit le retour en force de Spade et Denise ainsi que Ian ! Autant dire qu'ils m'avaient manqués ! J'adore ces personnages ! OMG ! Spade ! Je suis juste trop fan ! Avec le temps, je pense pouvoir dire que je préfère même Spade à Bones !
On fait également la connaissance d'un nouveau personnage qui épaule Cat et Bones dans leur chasse à l'Inquisiteur, Tyler, un jeune médium.
C'est un personnage plein d'humour et de répondant qui me plait beaucoup.
Quant à l'écriture de l'auteur, c'est toujours un réel plaisir à lire ! Fluide, léger et agréable, rien de tel que pour faire passer un excellent moment de lecture !

Pour conclure, je dirais que je suis vraiment emballée par ce sixième tome. Un roman à la hauteur des précédents !

 

52livr10

Repost 0
Fantasyae Fantasyae - dans Bit-lit
commenter cet article
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 06:23

Punch up T.1

  Nom du titre en V.O : Punch up

Nom du titre en V.F : Punch up

Auteur : Shiuko Kano

Date de parution :  

Edition : Asuka

 

 

Ma note : notation etoiles 1

 

 

Résumé

Motoharu Maki est un brillant architecte ayant tout ce qu'il faut pour être heureux dans la vie, si ce n'était des goûts très pointus en matière de garçons ! Ce beau trentenaire se vante de placer la barre très haut et n'accepte que des partenaires d'un standing élevé. Mais un jour, alors qu'il supervise un chantier, il rencontre Kôta Ôki, jeune ouvrier au sang vif, qu'il déteste immédiatement. C'est alors qu'un coup du sort, incarné par le chat de Motoharu, va rapprocher les deux hommes...


Mon avis

Motoharu est un architecte trentenaire et célibataire. Un jour, sur un chantier, il rencontre Kôta un jeune garçon vif et impétueux. Il n'en faut pas plus aux deux hommes pour se détester. Mais Kôta se retrouve bientôt contraint de vivre chez Motoharu. Cette mésentente entre les deux hommes va-t-elle aboutir à un autre genre de relation ?

Je vous le dit clair et net, je n'ai pas apprécié ce manga. Que ce soit l'histoire ou les personnages, je n'accroche mais pas du tout. L'histoire est complètement floue et confuse, l'intrigue sans la moindre profondeur et es personnages sont tous plus irritant les uns que les autre.
A certains moments, les actions semblent s'enchaîner sans la moindre suite logique et l'auteur passe du coq à l'âne sans la moindre indication. Du coup, ça donne un résultat brouillon et le lecteur se retrouve vite perdu. Surtout, qu'il y a également des références à une autre nouvelle de l'auteur et du coup, sans explications, c'est un peu galère à suivre.

Bref, un gros flop pour le scénario. Sans parler des personnages. Kôta est imbuvable et égoïste et Motoharu est un imbécile. L'un comme l'autre ne se préoccupent que d'eux-même et se trouvent toujours une excuse à leur comportement. Entre jalousie excessive et indifférence totale, il n'y a pas de juste milieu. J'ai même eu beaucoup de mal à comprendre la réactions des personnages dans certaines scènes.
Les seuls qui valent le coup un minimum sont Aki et Shinobu, des personnages secondaires.

En clair, pour résumé, je dirais que ce manga présente une histoire sans intérêt et si vous ne voulez pas perdre de temps, ne le lisez pas. C'est pour ma part une grosse déception comme il m'arrive rarement d'en avoir. Je suis pas vraiment chiante pour ce qui est des mangas (ou romans), yaoi ou non, mais là, c'est tout simplement pas possible.


 52livr10 Abécédaire du mangaphile

 

Repost 0
Fantasyae Fantasyae - dans Mangas yaoi
commenter cet article
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 13:56

Taitei no ken T.1

 Nom du titre en V.O : Taitei no ken

 Nom du titre en V.F : Taitei no ken

Auteur : Baku Yumemakura

Date de parution : 2009

Edition : Glénat

 

 

Ma note : notation etoiles 4 

 

 

 

Résumé

Yorozu Genkurou, guerrier errant, possède une épée immense qui le rend redoutable à ses ennemis. Alors qu'il traverse une forêt sombre, il aperçoit soudain la chute de ce qui ressemble bien à un vaisseau spatial. Depuis il n'a de cesse d'être attaqué par d'étranges ninjas et combattants ambitieux. En effet, il se rendra vite compte que ses assaillants ne sont autres que des aliens débarqués sur Terre pour retrouver 3 artefacts fabriqués en Orichalque, une matière extraterrestre aux puissantes vertus mystiques. Et l'un des artefacts est l'épée qu'il porte. La chasse commence.


Mon avis

Un étrange guerrier portant une lourde épée vient en aide à une jeune fille enlevée par des brigands. Dans la forêt, il aperçoit alors une étrange lumière dans le ciel qui attire son attention. Un peu plus loin, d'autres personnes sont également témoins de cet étrange phénomène. Quelle est cette lumière insolite ? Tout semble laisser croire l'apparition d'un étrange vaisseau spacial.

L'histoire débute sans préavis. Dès les premières pages, le lecteur se retrouve projeté dans un univers sombre où la seule loi qui semble régner est celle de la violence. L'auteur ne s'embarrasse pas à nous présenter son univers. C'est sur le tas que l'on découvre l'histoire et du coup, c'est un peu confus pour le lecteur qui débarque dans un lieu et un endroit totalement inconnu et fait la connaissance de personnages tout aussi inconnus et inquiétant.
Cela met directement dans l'ambiance avec des personnages brutaux, violents et cruels. La violence est présente tout au long du manga, entre combats de ninjas, la présence de guerriers et le sang qui coule à flot du début à la fin.
Attention, ceci n'est vraiment pas un manga à mettre entre toutes les mains ! Réservés aux adultes uniquement car certaines scènes sont vraiment très violentes, voire même gores.

Petit détail intriguant, c'est la quasi absence de dialogue. En effet, y a très peu de paroles échangées et les descriptions explicatives de la situation comme on trouve habituellement dans les mangas sont elles, carrément inexistantes, d'où mon impression d'être projetée dans l'histoire sans la moindre information. Certaines pages sont même complètement vide de dialogue. Mais contrairement à ce que l'on pourrait croire, cela n'est guère dérangeant, car ce que l'auteur n'écrit pas, il le fait passer dans son dessin. Les actions, les détails, les personnages, tout est suffisament bien dessiné et précis pour que le lecteur se fasse une idée précise de l'action.

Et puisque l'on en est à parler du dessin, autant continuer dans la lancée. Comme dit plus tôt, le graphisme est sombre et très détaillé. Les traits des personnages sont très bien dessinés et si les hommes ont l'air d'avoir été taillés à la hache, les visages féminins eux, sont d'une délicatesse incroyable.
Les détails, que ce soit des décors ou des personnages, sont de toute finesse. Le noir est la couleur dominante et prime tout au long du manga et offre un dessin très fourni, renforçant l'impression de ténèbres et d'inquiétude du lecteur.

Pour ce qui est du contexte, difficile de se faire une idée avec le peu d'informations fournies dans ce premier tome. Cependant, tout laisse à supposer un mélange entre science fiction et une ère un peu plus reculée lorsque l'on prête attention aux vêtements des personnages. A confirmer ou non, on le saura par la suite.

Un premier tome intriguant qui nous laisse sur notre faim et nous donne envie de découvrir la suite. Une bonne intrigue, de l'action et du sang, voilà ce qui résume à peu près ce premier volume de Taitei no ken. Pour les amateurs du genre, vous devriez y trouver votre compte.

 

 52livr10 Abécédaire du mangaphile

Repost 0
Fantasyae Fantasyae - dans Mangas Seinen
commenter cet article
6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 06:54

Defense devil T.1

 Nom du titre en V.O : Defense Devil

Nom du titre en V.F : Defense Devil

Auteur : In-Wan Youn

Date de parution : 2012

Editions : Pika

 

 

Ma note : notation etoiles 4

 

 

Résumé

L'histoire prend place dans la vie...après la mort. Il arrive souvent qu'une âme arrive dans l'Au-delà après avoir commis de graves péchés, ou du moins, être soupçonnée d'en avoir commis. Dans ce cas de figure, il appartient à l'avocat du Diable de prouver l'innocence de l'âme humaine avant que l'Ange de la Mort ne vienne la récupérer. C'est la métier qu'à choisi d'exercer le démon déchu, Kucabara. Son objectif : récupérer suffisamment de matière noire pour reprendre sa véritable forme et retourner dans le monde des démons...


Mon avis

C'est tout à fait par hasard que je suis tombée sur ce manga en flanant dans une librairie. C'est le dessin qui a attiré mon regard. Du coup, ma curiosité piquée à vif, j'ai lu la quatrième de couverture avant de feuilleter le manga. Et là, j'ai su que je repartirais avec ! Déjà rien que la couverture est juste sublime et rien que ça, ça donne vraiment envie de découvrir ce manga !

Kucabara est un démon chassé du monde des Démons car jugé trop gentil. Exilé dans l'Event Horizon, il décide de devenir l'avocat des "unknow", les âmes des personnes accusées injustement et condamnées à l'Enfer. Mais les actions de Kucabara ne sont pas vues d'un très bon oeil par tous.

Aidé de son fidèle Bichura, Kucabara se fait "avocat de la défense" et trouve sa motivation en apportant son aide aux personnes condamnées aux Enfers. Le manga regroupe plusieurs petites enquêtes de notre gentil démon qui, par deux fois, devra prouver l'innocence de ses clients.
Pour ma part, j'ai trouvé le scénario vraiment bien trouvé et original. Cependant, la trame principal de l'histoire reste malgré tout très répétitive d'un proccès à l'autre. En effet, l'auteur n'ammène pas assez de rebondissement dans son scénario. Même si, niveau action, il y a ce qu'il faut, cela reste malgré tout trop soporifique et redondant. Entre la première petite investigation et la seconde, la trame est la même, les mêmes actions se passent au même moment, et c'est un peu dommage, car très vite cela devient lassant et on s'attend à un dénouement différent.

Du coup, les trois quarts du manga, on apprécie davantage la beauté du graphisme et la finesse du coup de crayon que l'histoire en elle-même. Mais heureusement, cela change à la fin. Malgré lui, Kucabara se retrouve dans une situation délicate et se doit d'éclaircir une affaire à double tranchant. C'est à la fin du manga que l'action arrive vraiment et du coup, cela ravive l'intérêt du lecteur qui trépigne de frustration en refermant le manga.
On en déduit donc que ce premier tome est une sorte de mise en bouche, que l'auteur met en place le contexte et ses différents personnages autour de plusieurs petites enquêtes afin de familiariser le lecteur avant de lancer sa bombe et démarrer vraiment l'histoire.

Pour ce qui est du reste, histoire mise à part, ce manga est une pure merveille. Il allie humour, action, suspens et enquête avec brio. De plus, je l'ai déjà dis et je le redis, les graphismes de ce manga sont juste sublimes. Pour celles et ceux qui aiment le côté un peu sombre, avec des démons et des têtes de morts, vous voilà servi. Le tout est dessiné avec une finesse et une précision incroyable, de même que les personnages. Que ce soit les décors, les vêtements, les accessoires ou encore les visages, tout est absolument parfait.
Le dessin n'est pas surchargé et présente juste ce qu'il faut de détails. Après, c'est vrai que je suis du genre à aimer ce genre de graphisme sombre, chargé et minutieux, du coup, je suis subjuguée par les illustrations. Mais pour ceux qui préfèrent un dessin plus fluide et plus léger, il est possible que vous ayez un peu de mal avec ce manga, même si, très honnêtement, il reste vraiment accessible à tous.

Bref, en dépit d'une petite déception première vis à vis de l'histoire, ce livre reste une très bonne découverte tout de même. Et c'est avec grand plaisir que je me plongerais dans la suite des aventures de Kucabara, curieuse que je suis de découvrir comment il va se sortir de la situation délicate dans laquelle il se trouve !

 

 52livr10 Abécédaire du mangaphile

Repost 0
Fantasyae Fantasyae - dans Mangas Shonen
commenter cet article
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 15:52

Doubt-T.1.jpg

Nom du titre en V.O : Doubt

Nom du titre en V.F : Doubt

Auteur : Yoshiki Tonogai

Date de parution : 2009

Editions : Ki-oon

 

 

Ma note : notation etoiles 4

 

 

Résumé

Rabbit Doubt fait fureur au japon : dans ce jeu sur téléphone portable. Des lapins doivent débusquer le loup qui se cache parmi eux. Quant au loup, il doit utiliser tous les subterfuges possibles pour semer la confusion dans le groupe et éliminer un par un tous ses adversaires... Mais pour cinq fans du jeu. Rabbit Doubt ne tarde pas a virer au cauchemar: ils se réveillent enfermes dans un bâtiment désaffecte avec, à leurs côtes, le corps d'une camarade assassinée. Tatoue sur la peau des adolescents, un mystérieux code-barres qui leur permet à chacun d'ouvrir une. Porte différente semble être leur seul espoir de salut. Pas de doute: un loup se cache rien parmi eux, et il leur faudra le démasquer avant d'être dévorés...


Mon avis

Cinq adolescents se retrouvent malgré eux prisonniers d'un viel établissement à l'abandon. S'ils ne savent pas ni pourquoi ni comment, ils ne tarderont pas à en découvrir la raison. Très vite, le doute n'est plus permis. Ils sont en réalités piégés dans une partie grandeur nature d'un jeu à l'origine destiné aux téléphones portables, le Rabbit Doubt. Les lapins doivent démasquer le loup qui se trouve parmis eux s'ils souhaitent sortir vivants de la partie. Commence alors un combat dans lequel chacun devra prouver son innocence...

Avec Doubt, l'auteur nous entraîne dans un manga haletant à la limite de l'horreur. Bien que l'action soit longue à arriver, l'auteur prenant le temps de mettre en place le décors et ses personnages, on se laisse très vite emporter par l'histoire. Le suspens est très bien maintenu, du début à la fin et le scénario est original. L'auteur nous propose une intrigue vraiment captivante avec tous les ingrédients qui font un bon livre. Le suspense, l'horreur, de bons personnages, tout y est ! Pour vous dire, je suis vraiment pas fan des films d'horreur et tout ce qui touche à ce thème et pourtant, j'ai complètement adhéré à Doubt. De plus, les dessins sont très bien fait, avec juste ce qu'il faut de détails pour garder une ambiance sombre et inquiétante.

On ne peut pas vraiment dire que les personnages sont attachant dans ce premier tome, même s'il est vrai que l'on a tout de suite une certaine attirance pour tel ou tel personnage. Moi, perso, ça passe pas avec Rei, mais j'aime bien Hajime ou Eiji, même si l'on ne le voit pas énormément. Ce qui est intéressant, c'est de voir la façon dont l'auteur arrive à semer le doute en nous en faisant en sorte que chacun des personnages est peut être le tueur potentiel.
Et puis la façon dont c'est amené, c'est juste trop bien fait. L'auteur sait où il va et nous y entraine lentement mais sûrement. Chaque fois que l'on croit avoir un suspect potentiel, un autre détail sur un autre personnage nous est révélé, remettant ainsi en doute tous nos soupçons.

Doubt, c'est un premier tome très prometteur que je recommande vivement. Mais attention, à ne pas mettre entre toutes les mains. Une chose est sûre, je n'arriverais pas à dormir tant que je ne connaîtrait pas la suite !

 

52livr10 Abécédaire du mangaphile

Repost 0
Fantasyae Fantasyae - dans Mangas Shonen
commenter cet article
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 05:43

Nana-T.1.jpg

 Nom du titre en V.O : Nana

Nom du titre en V.F : Nana

Auteur : Ai Yazawa

Date de parution : 2002

Editions : Delcourt

 

 

Ma note : notation etoiles 2

 

 

Résumé

Deux jeunes filles japonaises ont en commun leur prénom "Nana", leur âge et leur attirance pour Tokyo. La première, étudiante rêveuse et tête en l'air, est à la recherche du prince charmant. Quant à l'autre, plus déterminée et solitaire, c'est grâce à son premier amour qu'elle est devenue chanteuse dans un groupe de rock amateur.


Mon avis

Je suis toujours passée à côté de cette série pourtant réputée, n'ayant ni l'envie ni la motivation de la commencer. Et grâce au challenge de l'abécédaire du mangaphile, et mon inscription à la bibliothèque, j'ai pu réparer ce manque.

Dans la première partie du livre, on suit l'histoire de Nana Komatsu et Nana Osaki. La première est une jeune lycéenne qui, suite à une peine de cœur et à la fin de ses études, décide de partir à Tokyo avec sa meilleure amie. Etourdie et tête en l'air, elle ne peut s'empêcher de craquer sur tous les beaux mecs qu'elle croise dans l'espoir de trouver enfin son prince charmant.
La seconde, déterminée et solitaire, est chanteuse dans un groupe de rock.

J'ai eu énormément de mal à entrer dans l'histoire. On suit en premier l'histoire de Nana Komatsu et dès le départ, je n'ai pas du tout accroché au personnage. Du coup, ça m'a énormément refroidie et j'ai du me faire violence pour continuer et terminer ce premier tome.
Nana est une fille capricieuse, égoïste et pleurnicharde. Elle ne sait pas ce qu'elle veut et prend ses décisions sur un coup de tête sans se soucier des conséquences que cela peut avoir.
Je n'ai vraiment pas aimé son côté immature et irresponsable. Elle représente tout à fait le genre de fille superficiel que je ne supporte pas. Du coup, difficile d'accrocher ! Et la voir pleurer toutes les deux pages, à croire qu'elle ne sait faire que ça, ça m'a franchement énervé. J'ai vraiment eu l'impression que pour elle, les larmes étaient la solution à tous ses problèmes !

Heureusement, la seconde partie axée sur Nana Osaki sauve le manga. Beaucoup plus mature que la première, elle sait que la vie n'est pas toute rose et qu'il faut parfois faire des choix difficiles.
Chanteuse dans un groupe de rock, elle se donne à fond et mise tout sur son groupe dans l'espoir d'arriver à percer et devenir célèbres. Elle à un but et de l'ambition et c'est cette détermination qui m'a plus chez elle.
Je ne suis pas une grande fan des histoires d'amour sentimentales et glucosées à outrance, mais là, j'ai trouvé son histoire d'amour avec Ren, le guitariste de son groupe vraiment touchante. Et la fin du manga m'a franchement beaucoup émue, malgré moi.
En personnages masculins, j'ai également beaucoup apprécié Ren.

Nana, c'est le genre de shojo parfaitement adapté aux jeunes adolescentes car il mélange un peu tout. L'amour, l'amitié, la musique, les peines de cœur... Autant de thèmes et de sujets que toutes les jeunes filles vivent à un moment où à un autre, ce qui fait qu'il est aisé pour elles de s'identifier à l'une ou l'autre des personnages.

Pour ma part, cela reste un manga qui ne m'a pas particulièrement transcendée. Je l'ai lu, je sais ce que cela vaut et je sais que je ne lirais pas la suite.
Je parle pour l'histoire en elle-même. Après, je ne peux nier que les graphismes sont soignés bien travaillés. Les textes quant à eux sont peut être un peu trop simplets à certains passages.

Pour conclure, je dirais que ce manga ne vaut certainement pas toutes les louanges auxquels il a droit en tant que manga de référence.
Mais je comprend tout à fait qu'il puisse plaire à un public plus jeune.


52livr10 Abécédaire du mangaphile

Repost 0
Fantasyae Fantasyae - dans Mangas Shojo
commenter cet article
5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 16:33

Otomen-T.1.jpg

 Nom du titre en V.O : Otomen

Nom du titre en V.T : Otomen

 Auteur : Aya Kanno

Date de parution : 2008 

Editions : Delcourt

 

 

Ma note : notation etoiles 3

 

 

 

Résumé

OTOMEN n.m. 1. Homme qui pense comme une fille, qui aime les mêmes choses que les filles. 2. Jeune garçon particulièrement doué en cuisine, en couture ou en ménage. 3. Jeune homme qui peut faire preuve à la fois d'une grande virilité, mais aussi d'une grande sensibilité.

Asuka Masamune, champion de la ligue nationale de kendo pour lycéens, mais aussi ceinture noire de judo et de karaté, cache un terrible secret : il est un "otomen" !
Pour ne pas décevoir sa mère, il a toujours cherché à refouler sa nature profonde. Cherchant à trouver sa virilité en refoulant son "cœur de jeune fille", il va hélas finir par tomber amoureux de Ryô Miyakozum, la nouvelle élève du lycée. Dès lors, son cœur s'emballe et...
Voici la comédie romantique délirante d'un garçon au féminin !


Mon avis

Asuka est un jeune lycéen populaire et adulé par toutes les filles du lycée. Champion de kendo et ceinture noire en arts martiaux, il est l'image même du garçon viril. Cependant, derrière cette image, il dissimule une personnalité sensible, douce et féminine.
En effet, Asuka est un otomen, un garçon qui aime les trucs de filles. Alors, quand il rencontre Ryô, une nouvelle, et qu'il en tombe amoureux, rien ne va plus !

Avec Otomen, l'auteur nous offre un shojo complètement déjanté aux personnages drôles et attachants.
Ce qui m'a plus dans ce manga, c'est le fait que l'auteur ait prit trois personnages et a complètement inversé leur rôle. Du coup, on se retrouve avec une fille un peu trop masculine et un garçon un peu trop féminin. Et au milieu, Tachibana, qui se donne un mal fou pour leur faire avouer leur attirance respective et les caser ensemble.

J'aime beaucoup le personnage de Tachibana. Même s'il n'est que secondaire dans l'histoire, il n'en a pas moins un rôle important, car sans lui, pas d'histoire. C'est grâce à lui que Ryô et Asuka ont commencé à se parler et se sont acceptés comme ils sont, avec leur personnalité extravagante. Et malgré son attitude de dragueur invétéré, il n'en est pas moins attachant. A vrai dire, je le préfère à Asuka.

Si Asuka est un personnage attirant, je le trouve tout de même un peu trop délicat à mon goût. Mais bon, on est dans un manga pour filles alors...
Par conte, j'ai bien aimé la façon dont l'auteur à abordé le sujet de l'acceptation de soi et du regard des autres.
Asuka est complexé par le fait qu'il aime les trucs de filles (couture, mangas shojo, cuisine...) et tente de refouler sa nature en pratiquant un sport « viril ». Du coup, lorsqu'il rencontre Ryô, il tente d'étouffer qui il est réellement et refuse de dévoiler son secret par peur d'être rejeté.
Mais lorsqu'il se rendra compte que, de son côté, Ryô n'est pas non plus la jeune fille douce et délicate qu'elle semble être, alors il acceptera un peu mieux sa condition tout en voyant ses sentiments pour la jeune fille s'intensifier.

Petit point positif que j'ai trouvé particulièrement agréable, c'est la présence d'un petit lexique en fin de livre qui reprend tous les mots japonais rencontrés au court de la lecture avec une petite explication. Pour les novices en langue et en culture japonaise, j'ai trouvé ce petit plus vraiment bienvenu.

Bref, Otomen est un manga qui s'avère être agréable à lire. L'humour est présent, ainsi que le côté « kawai » propre aux mangas shojo. Dans ce premier tome, l'auteur nous offre une belle petite histoire où les sentiments sont présents bien qu'il soit plus centré sur l'amitié.


52livr10 Abécédaire du mangaphile

Repost 0
Fantasyae Fantasyae - dans Mangas Shojo
commenter cet article
2 septembre 2012 7 02 /09 /septembre /2012 15:38

L'épouse du dieu de l'eau T.1

Nom du titre en V.O : Habaek
Nom du titre en V.F : L'épouse du dieu de l'eau

Auteur : Yun Mi-Kyung

Date de parution : 2010

Editions : Clair de lune

 

 

Ma note : notation etoiles 4

 

 

 

Résumé

Habaek, le Dieu de l'eau, offre la pluie en échange de l'offrande d'une femme vierge. Soah décide d'épouse Habaek, car son village souffre de la sécheresse depuis bien trop longtemps. Sa famille est rongée par la tristesse, mais malgré cela elle se rend dans le pays de l'eau pour y rencontrer Habaek. Mais quelle n'est pas sa surprise de le voir si différent qu'elle ne l'avais imaginé ... !!!


Mon avis

C'est dans le cadre du challenge l'abécédaire du mangaphile que j'ai découvert cette série. Ce qui m'a d'abord attiré, c'est la première de couverture que je trouve absolument magnifique. Et comme sur le site de manga-news, ils proposent les premières pages en lecture en ligne, la curiosité l'a emporté. Ces quelques pages ont suffit pour attiser ma curiosité, du coup, je me suis procurer le premier tome.

Soah est une jeune fille qui, pour sauver son village de la sécheresse et de la famine, se sacrifie et devient l'épouse de Habaek, le dieu de l'eau, que certains disent maléfique...
Malgré son âge, Soah est une jeune fille qui sait faire preuve de sagesse et fait passer le bien des autres avant le sien. Ainsi, elle n'hésite pas à se sacrifier pour son village, en dépit de ses sentiments et de la peine de sa famille. Et bien que sa mère lui manque, comme on peut le voir tout au long du livre, elle ne se plaint jamais et reste digne et fière en toute circonstance.
C'est un personnage vraiment attachant que j'ai beaucoup apprécié.

J'ai également apprécié Habaek qui, au premier abord, nous apparaît comme un être froid que tout indiffère. Et pourtant, on se rend vite compte que cela n'est finalement qu'une apparence qu'il se donne, même si l'on ignore encore pourquoi.

Dès le départ, Habaek nous est présenté comme étant un enfant. Mais très vite, on apprend qu'il prend son apparence réelle, celle d'un jeune homme à la tombée de la nuit. Pourquoi un tel changement, cela on l'ignore encore, mais cela reste très intriguant.

L'histoire en elle-même n'avance pas énormément, mais cela n'est pas un problème. Dans ce premier tome, l'auteur prend le temps de mettre en place l'histoire et les personnages. Elle plante le décor pour la suite. Je préfère cela à une histoire où les personnages sont balancés tels quels sans introduction.
Cela nous permet de nous familiariser avec les différents personnages ainsi qu'avec les liens qui les uni avant de nous plonger dans la véritable intrigue.

Autre point positif, les graphismes. Ils sont tout simplement sublimes. Le coup de crayon de Yun Mi Kyung est fin, précis et très détaillé, voire même surchargé. Mais c'est ce qui fait la beauté et le charme de ce manwha, selon moi.
On retrouve aisément le style particulier des manwha, avec des personnages très androgynes, aux traits du visage très fin et aux grands yeux. Le corps est également tout en longueur, très fin lui aussi et les mains particulièrement grandes.
Un dessin tout en longueur, mais néanmoins très recherché et abouti. Les trois premières pages en couleur sont de toute beauté.

Un premier tome qui s'avère très concluant. Une très bonne surprise qui me donne envie de découvrir la suite de cette histoire qui s'annonce particulièrement intéressante.
.
52livr10 Abécédaire du mangaphile

 

 

Repost 0
Fantasyae Fantasyae - dans Mangas Shojo
commenter cet article