Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 07:42

Mille et une nuits T.1

 

 

Nom du titre en V.O : Cheon il-yahwa

Nom du titre en V.F : Mille et une nuits

Auteur : Seung-Hee Han

Date de parution : 2007

Editions : Kami

 

 

Ma note : love

 

 

Résumé :

Tout le monde a déjà entendu l'histoire de Shéréazade et de ses contes sublimes. Pendant mille et une nuits, elle distraya le Sultan fou grâce aux histoires d'Aladin, d'Ali Baba, de Sinbad, de génies et de milliers d'autres créatures mystiques.
Mais imaginez un seul instant que Shéréazade soit en fait un jeune homme, prêt à tout pour sauver la vie de sa soeur...
Quelles choses étonnantes sera-t-il prêt à accomplir pour sortir vivant lui aussi de cette fable ?
Cette nouvelle variation d'une des histoires les plus populaires vous gardera à coup sûr éveillé pour encore mille et une nuits !


Mon avis :

C'est avec un plaisir immense que je me suis replongée dans ce premier tome. Cela faisait quelques temps déjà que je voulais la relire sans en prendre le temps. C'est chose faite, tout du moins pour le premier tome. Et mon coup de coeur d'il y a quelques années, est toujours au rendez-vous.

Le sultan Shahryar est un homme cruel qui, chaque nuit, tue une jeune fille par simple désir de vengeance. Pour sauver sa soeur d'une mort certaine, Shéhara prend sa place. Avant de mourir, il demande au calife d'écouter l'histoire qu'il a à lui raconter...

Avec Mille et une nuits, l'auteur nous offre une histoire originale qui revisite les contes du même nom. Cependant, contrairement aux contes originaux, ce n'est pas une princesse qui raconte les histoires, mais Shéhara, un jeune homme issu d'une bonne famille.
Si le scénario peut être un peu brouillon par moment, notamment avec les flash back, c'est parce que l'auteur prend le temps de poser les bases de la trame de l'histoire. En effet, chaque livre de cette série narre un conte différent, il n'y en a pas moins un fil conducteur qui fait que chaque tome n'est pas un tome indépendant, mais bel et bien une suite.
Dans ce premier volume, l'action n'est pas pour ainsi dire très présente, pas plus que le suspens, même si, je l'avoue, mon coeur à loupé un battement lors de la lecture de la dernière page.

En réalité, la raison principale pour laquelle on apprécie ce manga, c'est d'une part pour la beauté des histoires qui nous sont contées, d'autre part, pour les graphismes absolument sublimes. Tous les personnages sont travaillés avec un soin tout particulier. Et il en est de même pour les décors. Les traits sont d'une douceur et d'une finesse incroyable ! Bref, je suis totalement conquise !

Voici donc le premier tome d'une série qui s'annonce prometteuse. Ma grande déception est que, la maison d'édition ait décidé d'arrêter sa publication au cinquième tome. Il est possible de trouver la suite, mais en anglais. C'est une série en onze volumes terminée au Japon. Si l'anglais ne vous rebute pas, je vous conseille grandement de poursuivre cette série car elle en vaut vraiment la peine.
On s'attache tant et si bien aux personnages qu'il est tout juste impossible de ne pas continuer la série !

.

Abécédaire du mangaphile

Repost 0
Fantasyae Fantasyae - dans Mangas Shojo
commenter cet article
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 05:43

Nana-T.1.jpg

 Nom du titre en V.O : Nana

Nom du titre en V.F : Nana

Auteur : Ai Yazawa

Date de parution : 2002

Editions : Delcourt

 

 

Ma note : notation etoiles 2

 

 

Résumé

Deux jeunes filles japonaises ont en commun leur prénom "Nana", leur âge et leur attirance pour Tokyo. La première, étudiante rêveuse et tête en l'air, est à la recherche du prince charmant. Quant à l'autre, plus déterminée et solitaire, c'est grâce à son premier amour qu'elle est devenue chanteuse dans un groupe de rock amateur.


Mon avis

Je suis toujours passée à côté de cette série pourtant réputée, n'ayant ni l'envie ni la motivation de la commencer. Et grâce au challenge de l'abécédaire du mangaphile, et mon inscription à la bibliothèque, j'ai pu réparer ce manque.

Dans la première partie du livre, on suit l'histoire de Nana Komatsu et Nana Osaki. La première est une jeune lycéenne qui, suite à une peine de cœur et à la fin de ses études, décide de partir à Tokyo avec sa meilleure amie. Etourdie et tête en l'air, elle ne peut s'empêcher de craquer sur tous les beaux mecs qu'elle croise dans l'espoir de trouver enfin son prince charmant.
La seconde, déterminée et solitaire, est chanteuse dans un groupe de rock.

J'ai eu énormément de mal à entrer dans l'histoire. On suit en premier l'histoire de Nana Komatsu et dès le départ, je n'ai pas du tout accroché au personnage. Du coup, ça m'a énormément refroidie et j'ai du me faire violence pour continuer et terminer ce premier tome.
Nana est une fille capricieuse, égoïste et pleurnicharde. Elle ne sait pas ce qu'elle veut et prend ses décisions sur un coup de tête sans se soucier des conséquences que cela peut avoir.
Je n'ai vraiment pas aimé son côté immature et irresponsable. Elle représente tout à fait le genre de fille superficiel que je ne supporte pas. Du coup, difficile d'accrocher ! Et la voir pleurer toutes les deux pages, à croire qu'elle ne sait faire que ça, ça m'a franchement énervé. J'ai vraiment eu l'impression que pour elle, les larmes étaient la solution à tous ses problèmes !

Heureusement, la seconde partie axée sur Nana Osaki sauve le manga. Beaucoup plus mature que la première, elle sait que la vie n'est pas toute rose et qu'il faut parfois faire des choix difficiles.
Chanteuse dans un groupe de rock, elle se donne à fond et mise tout sur son groupe dans l'espoir d'arriver à percer et devenir célèbres. Elle à un but et de l'ambition et c'est cette détermination qui m'a plus chez elle.
Je ne suis pas une grande fan des histoires d'amour sentimentales et glucosées à outrance, mais là, j'ai trouvé son histoire d'amour avec Ren, le guitariste de son groupe vraiment touchante. Et la fin du manga m'a franchement beaucoup émue, malgré moi.
En personnages masculins, j'ai également beaucoup apprécié Ren.

Nana, c'est le genre de shojo parfaitement adapté aux jeunes adolescentes car il mélange un peu tout. L'amour, l'amitié, la musique, les peines de cœur... Autant de thèmes et de sujets que toutes les jeunes filles vivent à un moment où à un autre, ce qui fait qu'il est aisé pour elles de s'identifier à l'une ou l'autre des personnages.

Pour ma part, cela reste un manga qui ne m'a pas particulièrement transcendée. Je l'ai lu, je sais ce que cela vaut et je sais que je ne lirais pas la suite.
Je parle pour l'histoire en elle-même. Après, je ne peux nier que les graphismes sont soignés bien travaillés. Les textes quant à eux sont peut être un peu trop simplets à certains passages.

Pour conclure, je dirais que ce manga ne vaut certainement pas toutes les louanges auxquels il a droit en tant que manga de référence.
Mais je comprend tout à fait qu'il puisse plaire à un public plus jeune.


52livr10 Abécédaire du mangaphile

Repost 0
Fantasyae Fantasyae - dans Mangas Shojo
commenter cet article
5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 16:33

Otomen-T.1.jpg

 Nom du titre en V.O : Otomen

Nom du titre en V.T : Otomen

 Auteur : Aya Kanno

Date de parution : 2008 

Editions : Delcourt

 

 

Ma note : notation etoiles 3

 

 

 

Résumé

OTOMEN n.m. 1. Homme qui pense comme une fille, qui aime les mêmes choses que les filles. 2. Jeune garçon particulièrement doué en cuisine, en couture ou en ménage. 3. Jeune homme qui peut faire preuve à la fois d'une grande virilité, mais aussi d'une grande sensibilité.

Asuka Masamune, champion de la ligue nationale de kendo pour lycéens, mais aussi ceinture noire de judo et de karaté, cache un terrible secret : il est un "otomen" !
Pour ne pas décevoir sa mère, il a toujours cherché à refouler sa nature profonde. Cherchant à trouver sa virilité en refoulant son "cœur de jeune fille", il va hélas finir par tomber amoureux de Ryô Miyakozum, la nouvelle élève du lycée. Dès lors, son cœur s'emballe et...
Voici la comédie romantique délirante d'un garçon au féminin !


Mon avis

Asuka est un jeune lycéen populaire et adulé par toutes les filles du lycée. Champion de kendo et ceinture noire en arts martiaux, il est l'image même du garçon viril. Cependant, derrière cette image, il dissimule une personnalité sensible, douce et féminine.
En effet, Asuka est un otomen, un garçon qui aime les trucs de filles. Alors, quand il rencontre Ryô, une nouvelle, et qu'il en tombe amoureux, rien ne va plus !

Avec Otomen, l'auteur nous offre un shojo complètement déjanté aux personnages drôles et attachants.
Ce qui m'a plus dans ce manga, c'est le fait que l'auteur ait prit trois personnages et a complètement inversé leur rôle. Du coup, on se retrouve avec une fille un peu trop masculine et un garçon un peu trop féminin. Et au milieu, Tachibana, qui se donne un mal fou pour leur faire avouer leur attirance respective et les caser ensemble.

J'aime beaucoup le personnage de Tachibana. Même s'il n'est que secondaire dans l'histoire, il n'en a pas moins un rôle important, car sans lui, pas d'histoire. C'est grâce à lui que Ryô et Asuka ont commencé à se parler et se sont acceptés comme ils sont, avec leur personnalité extravagante. Et malgré son attitude de dragueur invétéré, il n'en est pas moins attachant. A vrai dire, je le préfère à Asuka.

Si Asuka est un personnage attirant, je le trouve tout de même un peu trop délicat à mon goût. Mais bon, on est dans un manga pour filles alors...
Par conte, j'ai bien aimé la façon dont l'auteur à abordé le sujet de l'acceptation de soi et du regard des autres.
Asuka est complexé par le fait qu'il aime les trucs de filles (couture, mangas shojo, cuisine...) et tente de refouler sa nature en pratiquant un sport « viril ». Du coup, lorsqu'il rencontre Ryô, il tente d'étouffer qui il est réellement et refuse de dévoiler son secret par peur d'être rejeté.
Mais lorsqu'il se rendra compte que, de son côté, Ryô n'est pas non plus la jeune fille douce et délicate qu'elle semble être, alors il acceptera un peu mieux sa condition tout en voyant ses sentiments pour la jeune fille s'intensifier.

Petit point positif que j'ai trouvé particulièrement agréable, c'est la présence d'un petit lexique en fin de livre qui reprend tous les mots japonais rencontrés au court de la lecture avec une petite explication. Pour les novices en langue et en culture japonaise, j'ai trouvé ce petit plus vraiment bienvenu.

Bref, Otomen est un manga qui s'avère être agréable à lire. L'humour est présent, ainsi que le côté « kawai » propre aux mangas shojo. Dans ce premier tome, l'auteur nous offre une belle petite histoire où les sentiments sont présents bien qu'il soit plus centré sur l'amitié.


52livr10 Abécédaire du mangaphile

Repost 0
Fantasyae Fantasyae - dans Mangas Shojo
commenter cet article
2 septembre 2012 7 02 /09 /septembre /2012 15:38

L'épouse du dieu de l'eau T.1

Nom du titre en V.O : Habaek
Nom du titre en V.F : L'épouse du dieu de l'eau

Auteur : Yun Mi-Kyung

Date de parution : 2010

Editions : Clair de lune

 

 

Ma note : notation etoiles 4

 

 

 

Résumé

Habaek, le Dieu de l'eau, offre la pluie en échange de l'offrande d'une femme vierge. Soah décide d'épouse Habaek, car son village souffre de la sécheresse depuis bien trop longtemps. Sa famille est rongée par la tristesse, mais malgré cela elle se rend dans le pays de l'eau pour y rencontrer Habaek. Mais quelle n'est pas sa surprise de le voir si différent qu'elle ne l'avais imaginé ... !!!


Mon avis

C'est dans le cadre du challenge l'abécédaire du mangaphile que j'ai découvert cette série. Ce qui m'a d'abord attiré, c'est la première de couverture que je trouve absolument magnifique. Et comme sur le site de manga-news, ils proposent les premières pages en lecture en ligne, la curiosité l'a emporté. Ces quelques pages ont suffit pour attiser ma curiosité, du coup, je me suis procurer le premier tome.

Soah est une jeune fille qui, pour sauver son village de la sécheresse et de la famine, se sacrifie et devient l'épouse de Habaek, le dieu de l'eau, que certains disent maléfique...
Malgré son âge, Soah est une jeune fille qui sait faire preuve de sagesse et fait passer le bien des autres avant le sien. Ainsi, elle n'hésite pas à se sacrifier pour son village, en dépit de ses sentiments et de la peine de sa famille. Et bien que sa mère lui manque, comme on peut le voir tout au long du livre, elle ne se plaint jamais et reste digne et fière en toute circonstance.
C'est un personnage vraiment attachant que j'ai beaucoup apprécié.

J'ai également apprécié Habaek qui, au premier abord, nous apparaît comme un être froid que tout indiffère. Et pourtant, on se rend vite compte que cela n'est finalement qu'une apparence qu'il se donne, même si l'on ignore encore pourquoi.

Dès le départ, Habaek nous est présenté comme étant un enfant. Mais très vite, on apprend qu'il prend son apparence réelle, celle d'un jeune homme à la tombée de la nuit. Pourquoi un tel changement, cela on l'ignore encore, mais cela reste très intriguant.

L'histoire en elle-même n'avance pas énormément, mais cela n'est pas un problème. Dans ce premier tome, l'auteur prend le temps de mettre en place l'histoire et les personnages. Elle plante le décor pour la suite. Je préfère cela à une histoire où les personnages sont balancés tels quels sans introduction.
Cela nous permet de nous familiariser avec les différents personnages ainsi qu'avec les liens qui les uni avant de nous plonger dans la véritable intrigue.

Autre point positif, les graphismes. Ils sont tout simplement sublimes. Le coup de crayon de Yun Mi Kyung est fin, précis et très détaillé, voire même surchargé. Mais c'est ce qui fait la beauté et le charme de ce manwha, selon moi.
On retrouve aisément le style particulier des manwha, avec des personnages très androgynes, aux traits du visage très fin et aux grands yeux. Le corps est également tout en longueur, très fin lui aussi et les mains particulièrement grandes.
Un dessin tout en longueur, mais néanmoins très recherché et abouti. Les trois premières pages en couleur sont de toute beauté.

Un premier tome qui s'avère très concluant. Une très bonne surprise qui me donne envie de découvrir la suite de cette histoire qui s'annonce particulièrement intéressante.
.
52livr10 Abécédaire du mangaphile

 

 

Repost 0
Fantasyae Fantasyae - dans Mangas Shojo
commenter cet article
15 juillet 2012 7 15 /07 /juillet /2012 10:29

Ilegenes-T.2.jpg

Nom du titre en V.O : Kokuyou no Kiseki

Nom du titre en V.F : Ilegenes

Auteur : Mizuna Kuwabara

Date de parution : 2012

Editions : Soleil Manga

 

 

Ma note : notation etoiles 5

 

 

Résumé

Fon, d'un tempérament solitaire et habitué à mettre une distance entre les autres et lui, s'ouvre petit à petit à son camarade chambre Jake au fur et à
mesure que les mois passent. Un soir, Fon est pris d'une crise pendant un cauchemar. Il révèle à Jake son passé et le meurtre de ses parents par des membres du marché noir. Opposé à la traite des clones, ils ont payé de leur vie leur opinion, laissant le jeune homme sous la tutelle de Littenber.
Mais alors qu'il tente de reprendre une vie normale, une voix intérieure lui rappelle son devoir de vengeance...


Mon avis

Ayant totalement accroché au premier tome de cette série, c'est avec impatience que je me suis procuré la suite. Et grand bien m'en a prit car, si le premier tome met en place décors et personnages, le second lui commence à approfondir le tout et à creuser dans le passé des personnages, dans leur vie et très vite, nous n'arrivons plus à lacher le manga.

Fon à révélé à Jake le meurtre de ses parents dont il à été témoin lorsqu'il était plus jeune. Un jour alors qu'il est de sortit sur l'île avec un groupe d'ami, Fon croit reconnaître un visage et se lance à sa poursuite. Cette rencontre inopinée va réveiller la soif de vengeance de Fon qui va alors entreprendre de retrouver cet homme par n'importe quel moyen...

Dans ce second volume, les rivalités entre les personnages sont toujours présentes, mais l'histoire évolue et se concentre davantage sur les personnages en eux-même que sur leur mésentente. Même si cela reste un point clé de l'histoire.
L'auteur nous dévoile lentement les dérives et les attrocités du marché noir de l'île et ce que les sciences et la cupidité des hommes peut parfois les pousser à faire. C'est un univers très sombre qu'elle nous offre, mettant en avant les vices de l'humanité. L'argent, le pouvoir, la cupidité, la soif de vie éternelle, voilà quelques uns des thèmes abordés dans ce manga.

Fon est un personnage complexe et intéressant. Le traumatisme qu'il à vécu plus jeune le poursuit et le hante toujours dans ses cauchemars. C'est un personnage vraiment attachant et très vite, on se rend compte que derrière la carapace qu'il s'est construit pour se protéger du monde extérieur, se cache un jeune garçon sensible et humain doté d'une détermination à toute épreuve.
Bien qu'un peu plus dans l'ombre dans ce volume, Jake est également un personnage phare. La façon dont il veille sur Fon et son côté protecteur envers lui sont trop mignon. Il n'hésite pas à suivre Fon dans ses escapades pour s'assurer qu'il ne court aucun danger.

Le mystérieux frère de Janis est également mis à l'honneur dans ce tome. Déjà dans le premier tome, j'ai trouvé ce personnage difficile à cerner, l'auteur prenant un malin plaisir à dissimuler certains indices tout en laissant planer le doute quant à ses origines. On sait qu'il cache quelque chose sans pour autant savoir quoi. Les réponses nous sont données dans ce volume. Mais pas toutes ! Quel rôle joue-t-il ? Est-il aussi innocent qu'il en à l'air ?
Au court de notre lecture, on se surprend à vouloir croire en lui, en son bon côté, tout en gardant cependant une certaine méfiance.

Pour conclure, je dirais que j'ai énormément apprécié ce second tome. De par les révélations qui nous sont faites, la fin est vraiment bouleversante. J'ai vraiment été touchée par l'histoire du frère de Janis. Mais tant de questions sont encore sans réponses... Acceptera-t-il son sort avec tant de déférence ou cela fait-il partit de son rôle ? Fon arrivera-t-il à lui faire ouvrir les yeux ?
Tant de questions dont il me tarde d'avoir les réponses !

Un second tome encore meilleur que le premier et si la cadence suit de cette manière, le troisième promet d'être fantastique !

 

Repost 0
Fantasyae Fantasyae - dans Mangas Shojo
commenter cet article
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 15:26

Ilegenes T.1

Nom du titre en V.O : Kokuyou no Kiseki

Nom du titre en V.F : Ilegenes

Auteur : Mizuna Kuwabara

Date de parution : 2012

Editions : Soleil Manga

 

 

Ma note : notation etoiles 4

 

 

Résumé

Ilegenes est une île du péché. Le territoire où la recherche génétique a connu une telle avancée que ce pays représente désormais une société à la pointe de la technologie. Les plus doués de ses habitants embrassent ainsi une carrière scientifique, les autres devant suivre une éducation martiale au sein d'une académie militaire pour pouvoir prétendre à de hautes responsabilités.
Fils de l'un des fondateurs de cette société, Fon F Littenber est le plus doué des nouveaux élèves de l'académie. Soupçonné d'avoir été génétiquement modifié, il ne recherche toutefois qu'une seule chose. Obtenir suffisamment de pouvoir pour détruire le marché noir qui gouverne l'île dans l'ombre et qui est responsable de la mort de ses parents.


Mon avis

A vrai dire, je n'avais jamais entendu parlé de ce manga. Mais dans le magasin, mon oeil à accroché la couverture que j'ai trouvé franchement trop belle. Du coup, après lecture du résumé et un feuilletage de quelques pages, j'ai ajouté ce manga dans ma pile à acheté ! Et grand bien m'en a prit, car j'ai vraiment adhéré à l'histoire, même si cela ne reste qu'un premier tome.

Ilegenes est une île réputée pour être un lieu de vice. Au milieu de toute cette noirceur, cherchant à mettre fin aux agissements du marché noir, Fon, un jeune homme soupconné d'être génétiquement modifié...

En raison de son nom et de sa supposée particularité, Fon ne se fait pas que des amis. C'est ainsi que l'on fait également la connaissance de Jake qui, au premier abord nous paraît irresponsable et immature. Cependant, c'est un personnage bien plus complexe qu'il n'y paraît et que j'ai beaucoup apprécié. Il ajoute une touche d'humour non négligeable à ce premier tome. J'apprécie également Fon, qui, à l'inverse de Jake, est un jeune homme réservé et solitaire. Son caractère froid ne l'aidera pas à se faire des amis, mais Jake est bien décidé à passer au delà des apparences pour découvrir qui est réellement Fon.
Du coup, on sent que très vite, il se forme un lien particulier entre ces deux personnages qui apprennent à se connaître et se rapprochent lentement.

L'histoire quant à elle, se met en place tout doucement. L'auteur pose le décors et les personnages sans pour autant tout nous dévoiler d'eux, nous laissant le loisir de découvrir par nous-même qui ils sont et leurs motivations.

Bref, un premier tome bien sympathique et une histoire prometteuse.
Repost 0
Fantasyae Fantasyae - dans Mangas Shojo
commenter cet article